1er Congrès du Parti de la France, pour que la France reste Française

Publié le par La rédaction

DIMANCHE 8 NOVEMBRE 2009 A VILLEPREUX

 

PREMIER CONGRES DU PARTI DE LA FRANCE

 

POUR QUE LA FRANCE RESTE FRANCAISE

 

 

Le renouvellement, le rassemblement et la résistance caractérisent le premier congrès du Parti de la France qui a, d’une part élu son président, Carl Lang, son Conseil National et son bureau politique, d’autre part, lors de ses travaux, défini les principes de son action politique.

 

Le renouvellement c’est d’abord celui des personnes. Parmi les quatre cents délégués venus à Villepreux, se retrouvaient bien sûr nombre de militants engagés depuis plusieurs années dans la droite nationale, mais aussi beaucoup d’adhérents, notamment jeunes, pour lesquels c’était le premier engagement politique. Ce renouvellement se manifeste dans le Conseil National et le bureau politique qui compte parmi ses vingt membres plusieurs personnalités de la droite nationale, (Bernard Antony, Christian Baeckeroot, Martial Bild, Martine Lehideux, Fernand Le Rachinel, Pierre Descaves et Jean Verdon), mais aussi un nombre important de têtes nouvelles, souvent jeunes comme Louis Chagnon, Richard Haddad, Thomas Joly, Alexandra Mériguet. La nomination au poste de secrétaire général du conseiller régional de l’Oise, Thomas Joly, jeune père de famille de trente trois ans, illustre ce renouveau.

 

Le renouvellement est aussi dans les méthodes. Contrairement aux vieux partis centralisés de la Vè République, le Parti de la France, parce qu’il rassemble des militants partageant le même idéal et les mêmes principes, a un fonctionnement décentralisé reposant sur la confiance à l’égard de ses délégués locaux.

 

La volonté de rassemblement se retrouvait notamment dans la présence des personnalités invitées, françaises et étrangères qui ont pris la parole :

- Annick Martin, secrétaire générale du Mouvement National Républicain, et Robert Spieler, délégué général de la Droite Nationale Populaire ;

- Franck Vanhecke, député flamand du Vlaams Belang au Parlement européen, et Makis Voridis, député grec, qui ont tous les deux insisté sur le fait que nos nations européennes et chrétiennes sont confrontées aux mêmes menaces : l’immigration et l’islamisme.

 

 

Le renouvellement de la droite nationale et le rassemblement de tous les patriotes sont au service d’une résistance sans concession aux idéologies mortifères.

 

Tel a été l’axe des interventions des orateurs. Martial Bild a ainsi affirmé l’attachement du Parti de la France au droit à la Vie et à la famille et donc son opposition aux lois anti familiales, (comme l’institution du PACS), ou inspirées depuis 1975 par la culture de mort. Bernard Antony a souligné combien notre combat pour assurer au XXIè siècle la pérennité de notre nation et de notre civilisation était moderne face aux vielles idéologies du siècle dernier. Michèle Carayon a rappelé aux politiciens qui prétendent ainsi que « les cinq piliers de l’Islam sont compatibles avec le mode de vie français », les raisons pour lesquelles l’islamisme constituait la principale menace sur notre identité et sur nos libertés. Avec fougue et aussi beaucoup d’émotion, Martine Lehideux a expliqué la nécessité de s’engager, de prendre le parti de la France.

 

Défendre les fondements de l’identité française

 

Après avoir fait observer une minute de silence à la mémoire des victimes du communisme, notamment celles emprisonnées derrière le mur de Berlin, Carl Lang a conclu cette journée par un discours dénonçant l’imposture du système politico-médiatique dans lequel Sarkozy a donné un rôle à tous les politiciens « médiatiquement compatibles », depuis Besancenot à la gauche du PS jusqu’à « la Besancenote » à la droite de l’UMP. Le débat sur l’identité nationale lancé par le ministre de l’immigration est un des éléments de cette farce. Face à ces politiciens qui se posent des questions sur l’identité nationale, le président du Parti de la France a rappelé la permanence de l’identité française, fondée sur une terre, un peuple uni par quinze siècles d’histoire, une civilisation principalement chrétienne, grecque et latine, un Etat national constitué progressivement à partir du baptême de Clovis. Transmettre cet héritage à nos enfants, tel est l’objectif du Parti de la France.

 

C’est sur cette ligne de résistance que le Parti de la France mènera son action politique dans les semaines et mois à venir :

- Ses élus et ses responsables locaux participeront aux débats organisés sur l’identité nationale pour réaffirmer devant nos compatriotes les fondements de l’identité française, dénoncer les menaces qui pèsent sur elle et proposer des solutions.

- Le Parti de la France, fort notamment de ses dizaines de conseillers régionaux, présentera plusieurs listes aux élections régionales du mois de mars prochain.

 

Commenter cet article