Avec Sarkozy les marins-pêcheurs français travaillent moins et gagnent moins

Publié le par La rédaction

Avec Sarkozy les marins-pêcheurs français travaillent moins et gagnent moins

 

La Commission de Bruxelles propose chaque année les Totaux Autorisés de Capture (TAC) et les quotas de pêche pour chaque espèce de poisson.

En refusant toute nouvelle augmentation du quota de pêche pour le cabillaud en 2009, Michel Barnier, le ministre de la pêche, a délibérément contraint les pêcheurs français au chômage technique.

La soi-disant diminution des stocks halieutiques n'est qu'un faux prétexte qui profite à la Norvège et à d'autres pays, non communautaires, comme l'Islande, qui ne sont pas contraints à la même rigueur et aux mêmes contrôles.

Carl Lang, les conseillers régionaux du Nord-Pas-de-Calais et le Parti de la France exigent que les quotas soient augmentés et revus sur une base pluriannuelle et que soit mis en place rapidement un écolabel : "pêche française", dans un secteur largement déficitaire. Par ailleurs, le transfert de quotas entre pays doit être envisagé tout en respectant le principe de la stabilité relative.

M. Sarkozy voulait que les Français travaillent plus pour gagner plus. Avec Bruxelles et Barnier, les pêcheurs travaillent moins et gagnent moins.

 

Jeudi 15 avril 2009

COMMUNIQUE DE PRESSE de Carl LANG
Président du Parti de la France,
Député européen,
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article