Intervention de Carl LANG,député français au Parlement européen

Publié le par La rédaction

Strasbourg, le mardi 5 mai 2009

 

Intervention de Carl LANG,

député français au Parlement européen

 

Sur le sommet de l'emploi et l'agenda social de l'Union européenne

 

 

Monsieur le Président, errare humanum est, perseverare diabolicum. À entendre les débats aujourd'hui, je ne peux que constater que, finalement, malgré le choc total - économique, financier, social, démographique - qui est lié à la crise que nous vivons, les institutions européennes n'ont, pas plus que les chefs d'État ou de gouvernement, pris la mesure du drame et de ses conséquences qui vont nous frapper.

 

J'entendais tout à l'heure le représentant du Conseil nous indiquer qu'il faudrait que les chômeurs puissent améliorer leurs aptitudes, qu'il faudrait motiver davantage les gens lors de la recherche d'un emploi. Mais croyez vous vraiment que les centaines de milliers de chômeurs victimes de la crise aujourd'hui le sont parce qu'ils sont inaptes à travailler? Nous voyons bien que tout ceci est le fruit, d'abord, d'un choix idéologique, doctrinal, d'une sorte de pensée unique, de théorie économique, qui est la théorie économique du marché ouvert et du libre échange.

 

Finalement, l'Union européenne, qui développe la notion de liberté de circulation des capitaux, des biens, des services et des personnes, voudrait mondialiser ce choix économique là, cette doctrine là, mais cela est économiquement et socialement criminel. Nous avons à faire à une compétition internationale, mondiale.

 

Si nous ne sommes pas en mesure de mettre en place une politique de préférence sociale passant par la préférence économique, une politique de sécurité sociale passant par la sécurité économique, si nous ne sommes pas en mesure de mettre en place une politique de défense commerciale, eh bien, Mesdames et Messieurs, nous allons livrer ce qui reste de nos paysans, de nos artisans, de nos industries à la loi de la jungle du mondialisme.

 

Il y a au sein de cette Assemblée des libéraux mondialistes, des socio mondialistes, des altermondialistes. Je suis fier de faire partie des anti mondialistes, de ceux qui veulent reconquérir le marché intérieur, de ceux qui veulent appliquer la règle de la préférence nationale et communautaire et de la protection nationale et communautaire, d'abord au service de nos peuples.

 

Commenter cet article