La protection des animaux au moment de leur mise à mort

Publié le par La rédaction

Carl Lang s'est adressé au Président du Parlement européen :

Monsieur le Président,

 

En affirmant que les animaux doivent être abattus sans souffrance inutile, sauf dans le cas des rites religieux, la majorité de notre assemblée témoigne à la fois de son hypocrisie et de sa lâcheté. Les rites religieux désignent principalement l'abattage rituel pratiqué notamment lors de la fête musulmane de l'Aïd Kébir, à l'occasion de laquelle des centaines de milliers de moutons sont égorgés.

 

La reconnaissance par la loi d'une telle pratique s'inscrit dans un phénomène beaucoup plus large, celui de l'islamisation de nos sociétés. Progressivement, notre droit et nos coutumes s'adaptent à la charia, la loi islamique. En France, de plus en plus de municipalités financent de façon indirecte la construction de mosquées. Les cantines scolaires font leurs menus en fonction des obligations alimentaires de l'islam. Dans certaines villes comme Lille, des heures de piscine sont réservées aux femmes. En créant en 2003 le Conseil français du culte musulman, monsieur Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, a introduit l'islam dans les institutions françaises.

 

Pour arrêter une telle évolution, il nous faut rompre avec l'islamiquement correct, inverser les flux migratoires extra-européens et construire une nouvelle Europe, l'Europe des nations souveraines, sans la Turquie, affirmant les valeurs chrétiennes et humanistes de sa civilisation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article