Honneur à ceux qui sont tombés pour la France

Publié le par La rédaction


                      Au nom du devoir de mémoire, il y a 55 ans Dien Bien Phu



Il est 17 heures à Paris, le 7 mai 1954, quand la nouvelle se répand : France Soir publie une édition spéciale avec un titre énorme : "Dien Bien Phu est tombé". A l'Assemblée nationale est lu le récit des derniers combats, et la fin de la garnison héroïque.
Tous les députés se sont levés pour rendre hommage à ces hommes.
Tous, sauf les traîtres du Parti communiste.

Dien Bien Phu n'existe plus. "Isabelle" tient encore, mais bientôt Lalande va cessé le combat, totalement isolé, encerclé, sans espoir.

Des avions tournent encore au-dessus de la cuvette et larguent vivres et médicaments en lieu et place des bombes qui n'auront pu arrêter l'avancée communiste.
Un pilote annonce : "Nombreuses petites colonnes de 50 hommes environ, partout dans la brousse, encadre par soldats viets."

Ils sont dix mille, dix mille légionnaires, parachutistes, chasseurs, infirmiers. Dix mille prisonniers français qui partent pour une longue marche de la mort. La plupart d'entre eux seront exterminés dans les camps communistes. Déjà en Europe, Pierre Mendès-"France" trahit nos soldats.


Dien Bien Phu tombait il y a 55 ans aujourd'hui.
Aucun médiat, aucun politicien du gouvernement Sarközy, si prompts à honorer des morts ou des pseudos-morts qui n'ont jamais apporté à la France que la guerre, les mensonges et l'usure, n'a rappelé le sacrifice des plus de 10 000 hommes tombés à Dien Bien Phu ou morts dans les camps, des dizaines de milliers de Français morts durant la Guerre d'Indochine pour la France.

Lu sur le site du Club Acacia.  http://club-acacia.over-blog.com/



Commenter cet article