Interview exclusive de Carl Lang pour le site Tous Avec Carl Lang

Publié le par La rédaction

Une interview exclusive de Carl Lang pour nos amis de Tous Avec Carl Lang pour les Européennes. (TACLE).  http://tous-avec-carl-lang.blogspot.com/

 

Comme promis à tous nos amis sympathisants et visiteurs, voici l'entretien que nous a accordé Carl Lang en exclusivité. Lisez, et surtout pensez à faire circuler massivement autour de vous...

 


- « Tous Avec Carl Lang pour les Européennes » : Carl Lang, bonjour et merci d'avoir accepté cet entretien avec nous. Rentrons tout de suite dans le vif du sujet si vous le voulez bien : Pourquoi n'y a-t-il pas de liste du « Parti de la France » en Île de France ?

 


- « Carl Lang » : Il n'y en a pas en effet et ce, pour trois raisons essentielles. La première c'est que nous n'en avons pas les moyens financiers. Nous avons réussi à boucler nos budgets sur trois régions. Le Nord Ouest où je mène la liste, le Centre avec Jean Verdon, et le Sud Ouest avec Jean Claude Martinez et la « Maison de la Vie ».


Le PDF n'en est qu'à ses débuts, et il nous a semblé plus judicieux de conserver nos finances pour les futures élections régionales qui sont un enjeu majeur pour nous, avec en vue l'enracinement définitif du « Parti de la France » sur l'échiquier politique français. La seconde raison découle de la première.


Le jeu en valait-il réellement la chandelle, alors qu'il y a 28 listes dans la région capitale ? Enfin, la troisième raison : les Nationaux et tous nos compatriotes vont pouvoir se rendre compte de l'état dans lequel Marine Le Pen a laissé l'Île de France.


Le score de la liste FN sera non seulement une confirmation de l'explication réelle de sa fuite dans le Nord Ouest, mais permettra aussi de mesurer l'héritage politique et électoral qu'elle laisse au Front national en Ile-de-France. Cela servira de leçon pour l'avenir.

 


« Tacle » : N'ayant pas déposé 5 listes, vous n'aurez donc pas accès à la campagne audiovisuelle officielle. Est-ce un handicap, malgré les très beaux succès dans vos réunions, notamment à Lille et à Rouen ?

 


« C.L. » : La loi est ainsi faite. Jean-Claude Martinez, Jean Verdon, Fernand Le Rachinel et moi compensons ce manque de visibilité nationale par des tournées quotidiennes dans nos départements, avec des conférences de presse et de très nombreuses rencontres avec nos compatriotes.

 


« Tacle » : Ne pensez-vous pas que nombre de sympathisants et adhérents du Parti de la France, notamment en Ile de France, risquent de se sentir abandonnés ?

 


« C.L. » : Bien au contraire, et nous ne voulions pas les décevoir en ne proposant, au final, ni d'affiches, ni de professions de foi, ni de bulletins de vote. Nous ne voulions pas les tromper. Il faut savoir raison garder et ne rien précipiter.


Ces élections européennes ne sont que le point de départ du nouveau cycle que nous nous proposons d'ouvrir. Elles forment en fait la première pierre de l'édifice. En à peine quatre mois effectifs, nous avons déjà fait beaucoup.


Nous avons crée un nouveau Mouvement, nous l'avons structuré sur plusieurs départements et régions et nous avons commencé à réconcilier la famille nationale autour de nous, avec le MNR, la NDP et des personnalités comme Bernard Antony.


Nous proposons trois listes sérieuses et crédibles, constituées d'élus et de professionnels enracinés dans leurs terroirs. Bref, nous avons déjà bien avancé, et ces élections européennes constituent la première étape de notre démarche politique.

 


« Tacle » : Donnerez-vous des consignes de vote dans les cinq régions où le PDF ne présente pas de candidat ?

 


« C.L. » : Dans ces circonscriptions il appartiendra à chaque électeur de se déterminer ou de ne pas se déterminer et ce, en fonction de ses propres convictions.

 


« Tacle » : Merci. Revenons à l'Europe et à votre campagne. En dehors des fondamentaux du combat national et de leur respect, on peut nettement distinguer quatre axes dominants dans votre approche de l'Europe. Le Patriotisme Social qui vous est cher, le respect des Identités, avec notamment la réunification de la Normandie, la volonté réelle de construire une Europe des Nations une Europe fondées sur nos valeurs clés, et enfin le rapprochement large et sincère avec la Russie, point sur lequel vous êtes, à notre sens, le premier et le seul. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 


« C.L. » : Un partenariat privilégié avec la Russie, grand pays de civilisation européenne et chrétienne est en effet une nécessité pour des raisons à la fois économiques, politiques et diplomatiques.


Il faut tourner le dos à l'attitude actuelle de la diplomatie européenne qui fait preuve de défiance voire d'hostilité à l'égard de la Russie en s'alignant en particulier sur la politique de l'OTAN. Les Etats-Unis veulent une Europe avec la Turquie contre la Russie. Nous, nous voulons une Europe sans la Turquie et proche de la Russie.

 


« Tacle » : D'après vous, quel est le plus grand défi de demain pour la France et l'Europe, et quelles sont vos propositions pour le relever efficacement ?

 


« C.L. » : Le plus grand défi auquel nous devons nous atteler est celui de la défense de nos identités nationales et la préservation de nos valeurs de civilisation européenne.


La question est de savoir si l'Europe restera européenne et la France française en 2050. C'est la raison pour laquelle nous faisons appel à la défense de toutes nos identités, locales, provinciales, nationales et européennes.


En complément de cette défense il faut s'opposer absolument à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. L'entrée de la Turquie transformerait l'Union européenne en Union euro-turque, ce à quoi nous nous opposons résolument. L'entrée éventuelle de la Turquie dans l'Union européenne nous amènerait par nécessité à sortir de cette Union euro-turque.

 


« Tacle » : Pouvez-vous nous donner votre définition de l'Identité ?

 


« C.L. » : L'identité est ce lien, souvent invisible, qui fait que nous avons le sentiment d'appartenir à la même communauté de destin, en l'espèce à la France.


L'identité nationale est la somme de nos héritages géographiques, historiques, culturels, ethniques, religieux, institutionnels et politiques.


Plus ces caractères sont marqués, plus la conscience identitaire est forte. Aujourd'hui, ce lien identitaire est de plus en plus ténu et tend à se dissoudre dans un magma européiste supranational et indifférencié.


C'est contre cela que nous luttons, en réaffirmant les droits des peuples européens à disposer d'eux-mêmes et à rester eux-mêmes dans le cadre d'une Europe européenne, des Nations souveraines et des peuples libres.

 


« Tacle » : Quels sont pour vous les principaux dangers liés à l'islamisme ?

 


« C.L. » : La question de l'islamisme est un problème qui se pose aujourd'hui principalement dans les pays musulmans. En Europe, le problème, est à ce stade, moins celui de l'islamisme que celui de l'islamisation.


Est-il nécessaire de rappeler que nous ne sommes pas en France et en Europe en terre d'Islam ?


Je ne souhaite pas que la France des terroirs et des clochers devienne la France des terroirs et des mosquées.


La défense de nos racines culturelles, et de nos valeurs humanistes et chrétiennes sont un devoir national et une nécessité pour nos libertés.

 


« Tacle » : Que vous inspire la mode de l'Islamophilie de certains, répondant à la Judéophilie d'autres ? N'y voyez-vous pas une forme de renoncement à développer nos propres idées, à défendre et à promotionner positivement nos propres valeurs nationales ?

 


« C.L. » : A l'heure où la seule religion attaquée à la fois par les médias et par les politiques est la religion catholique, en la personne du Pape, je crois que nous devons défendre les valeurs et les principes qui ont fait la France.


Parmi ces valeurs, le christianisme est la composante spirituelle essentielle de notre identité nationale qui remonte, au baptême de Clovis et de ses Francs, à Reims en 496.


Nous n'avons pas à aller chercher nos modèles ailleurs, et si nous voulons éviter la désintégration de la société française et sa communautarisation, nous devons agir pour préserver l'unité nationale par la défense de notre identité nationale.


Les fanatiques de l'immigration planétaire, de l'anti France et de la société pluricommunautaire et pluriethnique sont des irresponsables porteurs de guerre civile.

 

 


« Tacle » : Même si le combat des idées prime, quel score espérez vous pour vous-même et vos amis ?

 


« C.L. » : Le meilleur possible ! Cette campagne électorale n'est que la première. Pouvoir défendre ses idées est un véritable privilège et être en mesure de présenter des candidats est déjà une première victoire. Paris ne s'est pas fait en un jour.

 


« Tacle » : A l'entame de la dernière ligne droite de cette campagne, quelles auront été vos meilleurs souvenirs, et quelles auront été les moins bons ?

 


« C.L. » Mes meilleurs souvenirs seront les moments passés avec tous nos amis de la cause nationale, tout au long de cette campagne européenne.


Il y a aussi le plaisir de retrouver et de faire une campagne politique dans l'amitié et dans l'unité des convictions, aux côtés de militants et de candidats déterminés et convaincus, et ce, dans un esprit retrouvé de résistance nationale autour de valeurs qui ne sont pas négociables.


Les moins bons souvenir ? :


A la vérité je n'ai pas vraiment de mauvais souvenirs et même les pitoyables ou pathétiques déversements d'insultes ou d'injures envers moi ou mes amis, émanant de personnes qui se disent du camp national, seront à classer dans le registre de la Comédie humaine, rien de plus.

 


« Tacle » : Le « Parti de la France » compte t-il présenter des listes partout aux futures élections régionales de l'an prochain ?

 


« C.L. » : Partout où le Parti de la France pourra présenter des listes aux élections régionales de mars 2010, il les présentera. Toujours dans la logique de rassemblement à la base des nationaux, nous verrons localement, région par région avec nos amis du MNR, de la NDP ou d'autres encore, quelles sont les alliances que nous pourrons faire.

 


« Tacle » :Avez-vous l'intention d'organiser un Congrès du Parti de la France , si oui quand ?

 


« C.L. » : Nous organiserons très probablement le premier Congrès du Parti de la France à l'automne 2009.

 


« Tacle » : Organiserez-vous à la fin de l'été la première Université d'été du PDF, voire une UDT à destination des jeunes militants ? On connaît tous l'importance que vous accordez au militantisme, au développement des idées, au travail de terrain, à la formation et, bien sur, au renforcement des liens dans la camaraderie.

 


« C.L. » : En effet, notre mouvement est basé sur le militantisme et l'enracinement local. Bernard Antony, en charge de la formation pour le PDF mettra à cet effet toute son expérience et ses compétences à l'organisation de la formation politique des militants et des cadres locaux du parti.

 


« Tacle » : A propos de Bruno Gollnisch, vous avez évoqué par deux fois un « avenir commun ». Comment voyez-vous, dans un futur proche, cet « avenir commun » là en particulier, et vos rapports avec le FN en général ?

 


« C.L. » : Je crois en effet qu'il sera demain nécessaire de rassembler tous les nationaux au delà des différences partisanes. Bruno Gollnisch me paraît être au sein du Front national, l'homme capable de participer à cette démarche de rassemblement national.

 


« Tacle » : Tout semble indiquer que votre initiative a non seulement été ressenti par tous comme une « immense bouffée d'oxygène », pour reprendre la terminologie de Martial Bild, mais qu'en plus elle résonne comme un sursaut salvateur conduisant à l'ouverture d'un nouveau cycle politique pour l'ensemble de la Droite Nationale, Populaire, Sociale et Identitaire. Mesurez-vous l'importance de votre acte fondateur et ressentez-vous ce niveau de responsabilité qui pour nous est palpable ?

 


« C.L. » : Nous sommes dans une stratégie de réorganisation et de rassemblement de la droite nationale toute entière. De notre engagement et notre combat pour les valeurs qui sont les nôtres dépendent l'avenir de la France et des Français. Ces élections européennes ne sont qu'une première pierre pour ce renouveau national que nous voulons incarner avec et autour du Parti de la France. L'avenir appartient à ceux qui s'engagent et qui affirment leurs convictions.

 


« Tacle » : Dernière question. Qu'avez vous pensé de notre action de site à la fois indépendant et de soutien à votre initiative, et plus largement, que pensez-vous du monde d'Internet ?

 


« C.L. » Comme beaucoup, j'ai découvert avec intérêt et grande satisfaction votre site dès mon annonce de lancement de campagne en décembre dernier.


Cette initiative contribue beaucoup, je crois, à faire connaître le Parti de la France.


Vos analyses et vos commentaires sont par ailleurs très justes et vos propos toujours emprunt de militantisme, font chaud au cœur. J'en profite pour vous remercier de toute votre action et de votre soutien dans ce combat de résistance nationale et européenne.


Internet est un bon outil militant. Il ne fait certes pas tout bien sur, mais c'est un plus indéniable dans le cadre du combat des idées car il ouvres des perspectives d'actions réelles et des espaces de libertés intéressants.

 


« Tacle » : Merci Carl et bonne fin de campagne.

 


« C.L. » : C'est moi qui vous remercie.

 


Tout le plaisir était pour nous...

Commenter cet article