Débordements de la manif pour tous : ce que j'ai vu

Publié le par La rédaction

  Par Mattieu Mautin délégué départemental de la Mayenne du Parti de la France

 

« Je compte personnellement parmi les 98 interpellés de la manif pour tous de dimanche. J’ai été retenu d’environ 16h à 20h35. Durant ces quelques heures, j’ai dû décliner trois fois mon identité mais on ne m’a signifié à aucun moment les faits qui m’étaient reprochés. Mes compagnons d’infortune étaient pour la plupart dans le même flou que moi : De braves manifestant qui s’étaient retrouvés pris au piège d’un cordon de sécurité qui craque et se referme. Hommes de tous âges et de toutes conditions sociales, paisibles et parfaitement courtois.  Notre seule inquiétude à vrai dire était de savoir à quelle heure nous serions relâchés. Les policiers nous rassuraient sur ce sujet : « Ne vous en faites pas, nous ne vous garderons pas longtemps ». Pour ma part, j’ai parié qu’on ne nous relâcherait pas avant 20h pour pouvoir annoncer de nombreuses interpellations au JT. Cela n’a pas loupé : Un peu après 20h30, nous avons été relâchés sans même avoir été entendus. Seuls quelques uns sont restés en garde à vue pour des faits sans gravité dont plusieurs mineurs.

A l’évidence, les gendarmes et policiers étaient tendus de se voir pareillement débordés, mais ils étaient sans aucune inquiétude quant à la réelle violence des personnes qu’ils avaient en face d’eux. Ce n’en était que plus frustrant d’être ainsi enfermés plutôt que d’être encore dans la rue, mais nous y retournerons.

 Voilà ce que j'ai vécu et vu dimanche, loin des mensonges de monsieur Valls et des fantasmes de madame Barjot.

Matthieu MAUTIN

 

Source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article