Rose fluo...La "COM" Froufroutante de Marine Le Pen

Publié le par La rédaction

Rose fluo...
LA "COM" FROUFROUTANTE DE MARINE LE PEN

mercredi 13 mai 2009, par Pierre Picace ( le Nouveau National Hebdo)

Décidément la "stratégie" du Front national déçoit même ceux qui ont soutenu et cru au renouveau incarné par Marine Le Pen. Dernier exemple en date celui de Philippe Olivier (1). Longtemps présenté comme l'un des conseillers occultes de Marine Le Pen Philippe Olivier ou plutôt, Alain Carer puisque c'est sous ce pseudonyme qu'il a signé sur le site d'Altermédia une analyse des errements idéologiques de la droite nationale. Errements ou absence d'idéologie d'une génération qui ne conçoit la politique que comme un produit marketing.

" Côté électoral, de navrantes campagnes de recyclage des déchets idéologiques de la IIIème République démontrent la vacuité d'un message politique désespérant de platitudes, que même le ressassement n'arrive plus à rendre crédible. Une « com » froufroutante, à destination des bobos qui peuplent les rédactions, tient lieu d'action ; l'usage inconsidéré à des références incongrues ou approximatives sur fond rose fluo brouille le positionnement ; le « bon mot » remplace le concept ; la ligne politique oscille en fonction de l'humeur passagère ; les coups -parfois mauvais- font office de stratégie en interne comme en externe, avec pour but ultime et misérable de préserver quelques situations. "

Une réflexion qui rejoint, celle posée par M. Lang et ses amis il y a quelques mois et qui pose la question du devenir non seulement, du FN mais aussi de la droite nationale.

(1)Ainsi Philippe Olivier, l'époux de Marie-Caroline Le Pen, l'aînée des trois filles du chef, l'un des artisans de la scission mégretiste de 1998, avait-il lancé le mouvement en 2001. Il avait alors rejoint l'entourage de Villiers pour y jouer le rôle de conseiller officieux avant de prendre ses distances avec le vicomte. Libération 10 septembre 2005

2004, Marine renoue avec son beau frère Philippe Olivier, ancien bras droit de Bruno Mégret et en rupture de ban du MNR.

Commenter cet article